Vous cachez un "réservoir" de capacités...

PARTIE 1 - Chapitre 2

VOUS CACHEZ UN « RESERVOIR » DE CAPACITES ET DE RESSOURCES

Je vous présente maintenant Pierrette et Karl, qui ont trouvé de grands avantages à « demander à leur Inconscient ».

Pierrette est étudiante en maîtrise de sociologie. Elle a un mari et un fils de 3 ans et elle travaille à plein temps. Elle ne peut donc aller aux cours, mais elle s'est arrangée avec un autre étudiant pour qu'il lui prête ses notes de cours. Pendant l'année universitaire, Pierrette, prise par ses différentes obligations auxquelles se rajoute une mère souffrante dont il faut qu'elle s'occupe, ne trouve pas le temps de se pencher sur ses cours et de les étudier au fur et à mesure, comme il serait normal pour bien les assimiler. Arrive la période des examens.

Pierrette a, heureusement, suivi un entraînement avec moi. Elle ne panique pas, elle sait qu'elle a accès à ses ressources : il lui suffit de s'adresser à son Inconscient et que celui-ci accepte de les mettre à la disposition du Conscient. Pierrette utilise donc la procédure qu'elle a intégrée.

Avant de commencer à réviser les notes, elle demande à son Inconscient, les ressources suivantes : mémoire, concentration, capacité à assimiler les données, esprit de synthèse et d'analyse – ou, pour le dire autrement : elle « s’autoprogramme » pour disposer de ces capacités. Elle lit ensuite les cours une seule fois. Puis, avant de se présenter à chaque examen, Pierrette refait une séance pour demander, cette fois : toujours mémoire, concentration et esprit d'analyse et de synthèse, et en plus, rapidité de pensée, clarté d'esprit et de conception...

C'est avec une mention globale "Bien" - qui correspond à une moyenne d'au moins 14/20 - que Pierrette obtient sa maîtrise.

Karl est chef d'entreprise dans le secteur de l'alimentation import-export, et certains de ses contacts professionnels sont à un très haut niveau de décision. Karl a des concurrents très mordants et, par les temps qui courent, le marché est difficile.

Karl sait que c'est souvent celui qui a le plus de ressources qui emporte en général le morceau : il a payé pour le savoir, car il lui est arrivé de rater des contrats alors que sa proposition, au niveau des chiffres, était la meilleure. Et cela, parce que l'adversaire avait montré plus de poids de personnalité, d'aptitude à convaincre et de force d'impact sur le décideur.

C'est après avoir abondamment souffert du stress que Karl se décide à commencer avec moi l'entraînement à l’autoprogrammation de ressources – un ami lui en avait dit le plus grand bien. Et maintenant, Karl sait comment solliciter son Inconscient pour disposer de tout ce qu'il lui faut pour son travail et ses rapports avec les « huiles ». Avant chaque négociation, il dialogue donc avec son Inconscient pour en obtenir la mise à sa disposition de ressources : assurance et force tranquille, lucidité et précision, efficacité et concentration, capacité à argumenter et pouvoir de convaincre, etc...

Vous connaissez différents états de conscience

Pour communiquer efficacement avec votre Inconscient et en obtenir les ressources dont vous avez besoin, il vous faut changer d'état de conscience, quitter votre état de conscience ordinaire et entrer dans ce qu'on appelle un ENOC, un Etat Non Ordinaire de Conscience : ici, un état de transe légère, accessible à chacun sans difficulté, à condition d'y être entraîné.

Auparavant, quelques mots sur les états de conscience sont nécessaires. Il y en a de multiples. L'état de veille est un état de conscience, l'état de sommeil en est un autre. En voilà d'autres encore : la concentration sur un point, aussi bien que la rêverie, la méditation, les états hypnotiques et de transe plus ou moins profonds, la relaxation physique ou psychique, la distorsion dans les différentes perceptions (du temps, de l'espace...), le sommeil avec et sans rêves, l'état intermédiaire entre veille et sommeil, l'agitation, l'altération des perceptions liées à la consommation d'alcool, de drogues ou de certains médicaments (visions, hallucinations), les états mystiques, participatifs et contemplatifs, les états liés à des sensations intenses de plaisir ou de douleur (orgasme, brûlure, peur, "volupté de la terreur"...) et beaucoup d'autres, correspondent à des états de conscience différents. Lorsque vous êtes en pleine fièvre créatrice, vous êtes dans un autre état de conscience que lorsque vous êtes angoissé parce que votre enfant a une heure de retard. Lorsque vous êtes sous la pression que vos collègues de bureau vous imposent, vous êtes dans un état de conscience qui est différent de celui dans lequel vous êtes lorsque vous regardez tranquillement Vénus, l’étoile du soir, à votre fenêtre en rêvassant.

En réalité, on change d'états de conscience de multiples fois chaque jour et chaque nuit sans en prendre conscience. Et quand nous avons perdu le sens du temps et de ce qui nous entoure parce que nous sommes, par exemple, plongé dans un livre ou un film passionnant, nous sommes sans le savoir dans un état de conscience qui est une forme de transe, d'auto-hypnose.

Il est donc facile et naturel de changer d’état de conscience

Ce que j’appelle ENOCs, ce sont des états non ordinaires de conscience qui impliquent une dissociation de l'attention. Ce sont souvent des états de transe hypnotique.

Le mot hypnose fait peur, à tort, à cause de toutes les idées reçues aberrantes qu'il véhicule. Non, l'hypnose n'est pas un état d'inconscience. Non, l'hypnose ne peut pas contraindre quelqu'un à réaliser des actes qui sont contraires à sa volonté consciente. Non, l'hypnose ne met pas l'hypnotisé sous le contrôle absolu de l'hypnotiseur. Cela, ce sont les scénarios de music-hall ou ceux de stupides téléfilms américains qui le font : c'est du spectacle !

En réalité, l'hypnose et l'auto-hypnose sont des ENOCs dans lesquels le sujet demeure conscient. Ce sont des états de conscience où, d'un côté on reste parfaitement conscient, capable d'interrompre le processus à tout moment. Et d'un autre côté, on expérimente le contact avec ses profondeurs. C'est un état de lucidité supérieure, pendant lequel on est concentré sur un élément central (la voix de celui qui induit le processus, ou les réponses de votre Inconscient, par exemple) et où est éliminé le "brouillage mental" dans lequel on est habituellement, dans l'état de veille ordinaire. C'est donc un état de concentration accrue et aussi de relaxation profonde qui peut, en plus, apporter confort et régénération.

Pour communiquer avec votre Inconscient, vous devrez entrer dans un état de transe si légère que vous le percevrez comme à peine différent de votre état ordinaire. Mais avant de l'atteindre, il vous est nécessaire d'apprendre en quatre étapes à changer volontairement d'état de conscience :

  • • La première étape consiste pour vous à apprendre à prendre conscience de ce qui se passe en vous.
  • • La deuxième étape consiste à vous entraîner à entrer dans un état de conscience plus profond.
  • • A la troisième étape, il vous faudra repérer la réponse que votre Inconscient choisira de vous donner.
  • • A la quatrième étape, vous pourrez commencer à dialoguer avec votre Inconscient et à lui demander de mettre à votre disposition les ressources dont vous avez besoin.

Et maintenant, apprenez à dialoguer avec votre Inconscient

Voici donc une procédure très efficace pour développer votre personnalité et vous autoprogrammer pour le succès.

Vous autoprogrammer, ici, c’est littéralement demander à votre Inconscient de mettre à votre disposition les capacités et ressources dont vous avez besoin. Et cela pour des objectifs très précis, c’est-à-dire des événements et des situations que vous prévoyez devoir rencontrer.

Et dans quels buts, cette autoprogrammation ?:

  • • Pour avoir du succès dans vos actions, vos entreprises et vos contacts humains.
  • • Pour vous faciliter l’accès à vos objectifs
  • • Pour vous aider à aboutir dans vos projets.

Précisons tout d’abord ce que j’appelle ici capacités et ressources : ce sont toutes les aptitudes, talents, qualités, capacités, comportements, façons d’agir et de réagir… dont vous pouvez avoir besoin pour fonctionner au mieux dans une situation quelle qu’elle soit. Ainsi, adaptation, énergie, capacité à convaincre, charme, aptitude à communiquer, volonté, force de personnalité et beaucoup d’autres encore. Les ressources que vous vous autoprogrammerez devront toujours être adaptées à l’objectif, c’est-à-dire à l’évènement précis pour lequel vous les programmez – lequel évènement ne doit pas dépasser huit heures de temps d’affilée. En effet, cette méthode peut mettre à votre disposition ces capacités pour un temps limité et pas « en général » – et elle est déjà extraordinaire en cela.

La voici :

Première étape

APPRENEZ À PRENDRE CONSCIENCE DE CE QUI SE PASSE EN VOUS

Pendant environ huit à dix jours, une fois par jour, isolez-vous pendant quinze à vingt minutes. Prenez une position confortable, fermez les yeux , concentrez-vous et :

A) Prenez conscience de toutes les sensations visuelles qui vous viennent dans votre regard intérieur (couleurs, taches, lueurs, « étoiles », « filaments » etc.). Et surtout, verbalisez-les, c'est-à-dire utilisez un langage audible, descriptif, précis et des phrases complètes pour décrire toutes ces perceptions visuelles au fur et à mesure de votre prise de conscience ou (et) de leur apparition. En fait, murmurez l'énoncé de ces sensations visuelles de manière à ce que vos oreilles entendent.

Autre point important : impliquez-vous. Ne vous contentez pas de dire : « lueur jaune à droite »... « tache de forme ovoïde au centre ». Mais : « Je perçois une lueur jaune dans le champ visuel à droite »... « Je vois apparaître une tache de forme ovoïde au centre du champ visuel » etc.

Faites cela pendant environ quatre à cinq minutes chaque jour.

B) Passez ensuite à la prise de conscience des sensations auditives, c'est-à-dire tous les sons, bruits, bruissements... qui vous parviennent — en « ratissant » large.

Là aussi, pendant quatre à cinq minutes environ, décrivez avec précision, en phrases complètes et descriptives, en vous impliquant et en murmurant, tout ce qui vous parvient aux oreilles.

C) Poursuivez cette prise de conscience par vos sensations kinesthésiques (c'est-à-dire corporelles) localisées : chatouillements, gratouillis, chaud, froid, spasmes, mouvements involontaires, changement dans un rythme (respiration, par exemple), frémissement, « fourmis », gonflement etc.

Faites le « tour du propriétaire », complètement et attentivement, là aussi et exprimez toutes ces sensations en phrases complètes, descriptives, précises et en vous impliquant. Accordez-vous environ cinq à sept minutes pour vous occuper ainsi de vous, rien que de vous — ce qui, si vous vous concentrez efficacement, vous fera déjà beaucoup de bien.

Vous avez, grâce à cette première étape, appris à prendre conscience de ce qui se passe en vous.

Abordons maintenant la

Deuxième étape

APPRENEZ À VOUS CODER POUR UN ÉTAT DE CONSCIENCE PLUS PROFOND

En pratiquant la première étape, vous avez déjà appris à entrer dans un état de conscience modifié, un EMC. Il vous faut à présent approfondir cet état. Pour cela, entraînez-vous à cette deuxième étape pendant deux à semaines et si possible chaque jour.

Cette deuxième étape consiste, d'une part à vous faire entrer dans un état de conscience plus profond et, d'autre part et surtout, à « coder » ce nouvel état de manière à pouvoir, par la suite, y entrer en quelques secondes.

Le « code », c'est l'association entre un mot (ou une expression, ou une attitude, ou un enchaînement de plusieurs de ces éléments) et un certain état. Cela fonctionne dans la mesure où votre cerveau a été entraîné à cette association. Pour vous donner une analogie, c'est comme d'appuyer sur la touche marquée « M » d'un clavier de machine à écrire : c'est toujours le « M » qui s'inscrit alors.

Attention :si vous n’avez pas mon CD « Votre niveau Aleph » apprenez le texte qui suit par cœur et soyez très concentré. Sinon, vous sortirez de l'Etat de Conscience acquis grâce à l'exercice de la première étape et vous ne coderez rien. Ce sera comme si vous n'aviez rien fait du tout !

Voici comment vous allez procéder :

  • Isolez-vous pendant une demi-heure.
  • Asseyez-vous dans une position confortable (mais ne vous endormez pas !), fermez les yeux.
  • Faites tous les exercices de la première étape.
  • Lorsque vous en avez terminé, continuez ainsi, en murmurant ce qui suit :

« Je vais à présent me laisser aller dans un état de conscience très confortable et plus profond. Bien plus confortable et bien plus profond. Pour cela, je vais compter lentement de 10 jusqu'à 1. A chaque chiffre descendant, je me laisse glisser dans à un niveau plus profond... Et c'est agréable et reposant. Je commence à compter maintenant... 10..... 9..... 8..... Je me laisse couler encore plus profondément en moi — et c'est agréable et confortable... 7..... 6..... 5..... 4..... Je me laisse aller encore plus profond, je me sens aller encore plus profond... 3..... 2..... 1..... 1..... 1.....

L'état de conscience dans lequel je me trouve maintenant est mon « Niveau Aleph ». Cet état de conscience dans lequel je suis en ce moment s'appelle mon Niveau Aleph... »

Continuez ainsi pour coder :

« Je peux, à tout moment, revenir facilement à ce même Niveau Aleph. Il me suffit pour cela de faire prendre à mon corps une position confortable, de fermer les yeux, de respirer profondément trois fois. Puis de compter mentalement lentement de 10 jusqu'à 1. Puis de visualiser le lettre A flottant paresseusement devant mon regard intérieur. Je serai alors parvenu à mon Niveau Aleph, ce Niveau Aleph que j'expérimente en ce moment même... J'y resterai aussi longtemps que je le souhaite. Puis, lorsque je voudrai revenir dans mon état de veille habituel, il me suffira de compter de 1 jusqu'à 5 et arrivé à 5, je pourrai ouvrir les yeux et m'étirer. Je serai en pleine forme et en parfaite santé, tous mes sens seront aiguisés et je serai parfaitement en mesure de poursuivre la journée avec efficacité, joie de vivre et sourire... Je vais utiliser cette procédure à présent. »

Puis, utilisez le code : respirez lentement trois fois, comptez mentalement de 10 jusqu'à 1 et laissez-vous entrer plus profondément en vous à chaque chiffre descendant, visualisez le lettre A comme indiqué plus haut. Restez ensuite dans cet état de conscience aussi longtemps que vous le souhaitez. Puis ramenez-vous dans votre état de veille en comptant de 1 à 5 et en vous donnant la formule de retour, à 5, ouvrez les yeux et étirez-vous.

Une fois que le codage au Niveau Aleph est mis en place, vous devez, pendant une à deux semaines, en vérifier l'efficacité. Pour cela, si possible une fois par jour, isolez-vous et installez-vous confortablement, fermez les yeux et utilisez le code seul (respirez trois fois, comptez lentement de 10 à 1 en vous laissant aller plus profond, visualisez le A) pour aller ainsi vite et bien à votre Niveau Aleph.

Si tout va bien, vous vous sentirez alors entrer rapidement dans l'état de conscience correspondant à votre Niveau Aleph.

Vous voici déjà codé au Niveau Aleph. Vous pouvez maintenant aborder la

Troisième étape

REPÉREZ LA REPONSE QUE VOTRE INCONSCIENT CHOISIT DE VOUS DONNER

Pour que votre autoprogrammation soit efficace, c'est un dialogue qui doit s'instaurer entre votre Conscient et votre Inconscient, pas un monologue ! Donc, votre Inconscient va vous répondre.

Mais vous ne pouvez pas savoir à l'avance (ni en décider consciemment !) quel genre de signal votre Inconscient va choisir de vous donner : il est seul maître de cela. Tout ce que vous savez, c'est qu'il ne va pas vous répondre par des mots, des phrases, mais par une (ou deux, ou très rarement trois) sensation, quelque part. Ce que vous savez encore, c'est qu'il est extrêmement peu probable qu'il vous réponde par le canal auditif : aussi, ne vous y attardez pas trop. Restent :

  • Le visuel : vue intérieure, yeux fermés (taches, lueurs, couleurs...).
  • Et le kinesthésique : n'importe où dans le corps, à condition que ce soit localisé, en interne ou externe (chaud, froid, mouvement involontaire, changement de rythme respiratoire, spasme, chatouillis, gonflement etc.).

Rappelez-vous aussi qu'une fois la réponse identifiée, ce sera toujours la même, toute votre vie. Voici les trois critères qui vous permettront de savoir que la sensation repérée est bien le signal par lequel votre Inconscient vous répond :

1) c'est toujours la même.

2) vous ne la créez pas consciemment.

3) elle apparaît de façon pertinente et pas hors de propos.

Encore quelques points importants :

  • N'attendez ni feu d'artifice, ni convulsions, ni rien de spectaculaire ! Contentez-vous d'un signal faible (et rendez-vous y extrêmement réceptif, attentif, pour ne pas le rater !).
  • Soyez toujours amical et même affectueux quand vous êtes en contact conscient avec votre Inconscient. Ni esprit critique exacerbé, ni arrogance !

Voici maintenant comment réussir cette troisième étape :

  • Isolez-vous, prenez une position confortable, fermez les yeux.
  • Utilisez le code du Niveau Aleph pour vous mettre dans l'état de conscience adéquat.
  • Adressez-vous à votre Inconscient en murmurant, donc à voix audible et en suivant ces 7 étapes :

1) Saluez votre Inconscient.

2) Congratulez-le (une petite phrase gentille lui exprimant votre confiance en lui, par exemple).

3) Demandez-lui s'il accepte de dialoguer avec vous au niveau conscient.

4) Attendez sa réponse (avec une immense réceptivité, disponibilité, attention...). À partir de là, il y a plusieurs possibilités :

a) Rien ne vient = refaites le point 3) en vous concentrant mieux.

b) Quelque chose vient. Dans ce cas, remerciez tout d'abord. Puis demandez : « (cette sensation) signifie-t-elle que tu acceptes la communication ? Si oui : intensifie-la. Sinon, diminue-la ». Attendez la réponse :

  • S'il y a intensification de ce même signal, même faible, même bref, passez au point 5).
  • S'il y a diminution, deux cas possibles :

 Le signal perçu n'est pas la réponse de l'Inconscient. Dans ce cas, revenir au point 3), repérer un autre signal et le tester de même.

 (rarissime) Votre Inconscient n'est pas disposé à dialoguer avec vous ce jour-là. Dans ce cas, dites-lui que vous acceptez cela, que vous savez que ce n'est que provisoire. Et passez au point 5).

5) Remerciez votre Inconscient.

6) Recomplimentez-le.

7) Prenez congé et donnez-lui rendez-vous pour une prochaine fois.

À noter :

  • Habituez-vous à utiliser toujours les mêmes mots pour les points 1) - 2) - 5) - 6) - 7) à chaque fois que vous serez en contact avec votre Inconscient (ni littérature, ni originalité ne sont de mise ici). Ce côté « rituel » fait que votre Inconscient sera tout de suite concerné.
  • Si vous n'avez pas identifié la réponse de votre Inconscient, dites-lui que vous n'y êtes pas parvenu aujourd'hui, mais qu'avec son aide, vous y arriverez la prochaine fois. Puis, passez aux points 5) - 6) - 7). Et recommencez l'ensemble à un autre moment.

Vous pouvez arriver, en une seule séance, à identifier la réponse de votre Inconscient. Pour certaines personnes, il faut plusieurs essais. Allez-y : testez. Et trouvez...

Voici donc que vous avez repéré le signal-réponse de votre Inconscient. Il vous reste maintenant à aborder la

Quatrième étape

DEMANDEZ À VOTRE INCONSCIENT DE VOUS DONNER LES RESSOURCES DONT VOUS VOULEZ DISPOSER

Là aussi, les mêmes sept points de la troisième étape vont vous être utiles — et vous êtes déjà familier avec cette procédure. Auparavant, quelques conseils dont il faut vous souvenir :

  • Soyez précis (c'est hyper important !).

- Utilisez un langage simple.

- Faites des demandes claires, précises, pointues.

- Les formulations doivent être « à l'endroit » (« ne... pas » est interdit !).

- Ne demandez que des choses constructives (rien de nuisible).

- Préparez votre demande sur le papier avant de commencer, pour être au clair avec ce que vous allez demander.

- Demandez d'abord une seule ressource pendant quelques semaines, puis deux, puis trois... Ne demandez jamais plus de cinq, maximum six ressources pour une occasion donnée.

- Soyez amical, confiant, chaleureux avec votre Inconscient. Ne l'attendez pas « au tournant ». Rappelez-vous que c'est toujours l'Inconscient qui gagne contre le Conscient, s'il en décide ainsi. Donc, ne jouez pas au « macho » ou l'esprit fort avec lui : vous vous berneriez vous-même.

- Ne laissez pas trop de temps passer entre deux prises de contact avec votre Inconscient : la porte de communication que vous avez ouverte peut se refermer.

  • Utilisez à chaque séance les mêmes mots pour les points 1-2-5-6-7.

La procédure

Après vous être isolé, position confortable, yeux fermés et mis au Niveau Aleph, voici comment faire, en sept points également :

1) Saluez (tout ce qui suit : à voix audible).

2) Congratulez.

3) Demandez à votre Inconscient s'il accepte de mettre à votre disposition ces ressources (nommez-les) dont vous avez besoin, pour cet évènement que vous prévoyez de vivre (nommez-le – par exemple : un entretien d’embauche, un épreuve d’examen, une confrontation avec quelqu’un, une réunion…–, en vous souvenant que cet évènement ne doit pas durer plus de huit heures d’affilée), à tel moment (nommez-le), à partir de tel créneau horaire. Pour vous inspirer, voici des exemples de formulations de demandes de ressources : « Mon Inconscient, dis-moi si tu acceptes de mettre à ma disposition une saine confiance en moi, une solide concentration, une efficace rapidité de compréhension et un bon accès à ma mémoire pour mon oral d’Anglais, vendredi prochain à partir de 14 heures. Si tu acceptes, donne-moi le signal [nommez-le]. » ; « Mon Inconscient, dis-moi si tu acceptes de me donner une forte envie de vaincre, une grande énergie, une solide maîtrise de mes gestes, une ferme concentration et une efficace mémoire des enchaînements pour le passage de mon 4ème Dan d’Aïkido, le 22 avril prochain, à Montréal, à partir de 8 heures. Si tu acceptes, donne-moi le signal [nommez-le] ».

Si oui, qu'il vous donne le signal que vous avez repéré et que vous nommez clairement.

4) Attendez la réponse :

a) Elle ne vient pas : recommencez au point 3).

b) Elle vient mais elle vous semble faible. Dans ce cas, demandez une intensification si c'est oui ; ou une diminution, si c'est non (rarissime) :

  • Si oui : passez au point 5).
  • Si non : vérifiez encore une fois ce même point b). Si confirmation du « non », acceptez, dites que vous savez que ce n'est que provisoire — et passez au point 5).

c) Elle vient, elle vous suffit pour comprendre que votre Inconscient est d'accord : passez au point 5).

5) Remerciez.

6) Recomplimentez.

7) Prenez congé et donnez rendez-vous pour une prochaine fois, sans préciser quand.

C’est tout. Vous avez maintenant — et à vie — le moyen de dialoguer avec votre Inconscient. Il détient toutes les ressources dont vous pourrez jamais avoir besoin. Demandez-les lui. Pas pour le tester ni pour faire joujou — laissez de côté ces enfantillages. Demandez-les lui pour réussir votre vie,

Et alors, vous en disposerez sur cette simple demande, qui prend en moyenne trois petites minutes de temps !

Vous voyez que cela ouvre à de vastes perspectives...

Vous voila donc à pied d’œuvre pour réussir à vous autoprogrammer. J’espère de tout cœur que vous ne vous contenterez pas de lire ce livre, mais que vous mettrez en application ce qu’il vous apporte.

Aucun mot ne remplacera jamais le vécu, l’expérience, le ressenti intime. Expérimentez, offrez-vous la richesse qui se cache en vous, accordez-vous les atouts inestimables que vous recelez, mettez au jour des aptitudes et des talents que vous ignoriez posséder, puisez à volonté dans votre « réservoir » de ressources, transformez-vous, développez-vous. Changez pour être mieux, pour être plus – plus fort, plus efficace, plus communiquant, plus puissant, mieux adapté, plus réussissant…

Vous en avez un des grands moyens à présent : l’autoprogrammation de ressources. Utilisez ce moyen – ne laissez pas la paresse ou le fait de remettre au lendemain vous arrêter. Maintenant, aujourd’hui, est le meilleur moment et le seul qui existe en vérité. Dites-vous cela intensément :

« C’est aujourd’hui que je commence à réussir ma vie ! »

Si vous attendez demain, vous aurez déjà perdu un jour. La vie est courte et chaque jour de perdu à rester en dessous de ses possibilités réelles est un jour où l’on a échoué. Alors, commencez votre entraînement. Maintenant…

  

Voilà : vous savez vous autoprogrammer.

Voici alors venu le moment d’apprendre que vous avez une « tête chercheuse », une sorte d’ « esprit servant » auquel il vaut mieux dire clairement ce qu’il doit faire pour vous, plutôt que de lui laisser la bride sur le cou et qu’il fasse n’importe quoi, au petit bonheur la chance.

Votre esprit servant s’appelle…

Mes livres

Je suis auteur d'articles scientifiques et de livres de psychologie :


  • -Bien vivre, Mal vivre/ à vous de choisirInterEditions

  • -Communiquer avec les autres, c'est facile !Éditions de L'Homme

  • -Bien se connaître pour bien piloter sa vieInterEditions

  • -Vous n'aimez pas ce que vous vivez ? Alors, changez-le !Marabout (épuisé)


  • -Éliminez vos peurs et blocages - avec les Métaphores ThérapeutiquesNeo Cortex éd.


  • -Angoisses, anxiété - Comment vous en délivrerNeo Cortex Ed.


Avec Michel Nachez :

  • -Technostress TechnophophieÉditions de L'Homme



Et, avecDonald Akutagawa et Terry Whitman:

  • -Mêlons-nous de nos affaires : nos territoires et ceux des autres dans la vie personnelle et professionnelleInterEditions