Vous raconter l'histoire autrement

Partie 2 - Chapitre 6

VOUS RACONTER L'HISTOIRE AUTREMENT

Être bloqué dans une manière de comprendre le monde, quelle qu'elle soit, est la cause des trois maux majeurs de l'humanité. - R. Bandler -

Voici donc terminée la récréation que je vous avais proposée. Vous avez vu, au chapitre précédent l’intermède que vous venez de lire, comment Romuald s'était raconté l'histoire de sa presque-noyade, et comment Margot l'avait fait de son côté. Et vous avez vu que cela a tout changé. L'un a été abattu et vaincu parce qu'il a porté toute la valeur sur ce qu'il avait failli perdre. L'autre en a retiré force et pouvoir sur autrui : parce qu'elle a porté toute la valeur sur ce qu'elle y gagnait.

Aucun des enfants n'a décidé, délibérément, de l'interprétation qu'il donnait à ce moment-là de l'événement : le jugement, le raisonnement, n'ont que peu de part à la mise en place des illusions nuisibles. L'ambiance ou les aléas du jour, l'environnement et l'entourage du moment colorent l'interprétation que l'on fait de son vécu.

On est là, face à un ensemble de choses sur lequel le jugement conscient a peu de part : peut-on attendre d'enfants de cinq ou six ans qu'ils jaugent consciemment l'expérience ? Qu'ils se posent des questions sur sa valeur, sur son intérêt pour eux ? Ou sur la façon dont ils pourront s'en servir pour en tirer avantage ?

En fait, ce qui se passe, c'est que l'Inconscient enregistre une situation, avec un certain type d'émotions, un certain langage qui va avec l'émotion et une certaine modification de l'énergie disponible à ce moment-là. L'Inconscient va juger de la qualité de l'événement grâce à ces informations. L'émotion « peur », avec le langage « c'est terrifiant » et la paralysie qui va avec est tout à fait différente de l'émotion « J'ai nagé sans avoir appris » associé au langage « Je leur en ai mis plein la vue ! Eux sont trop trouillards pour se lancer ! Moi j'ai osé ! », et la stimulation énergétique qui marche avec. C'est cet ensemble qui est enregistré par l'Inconscient et qui va l'amener à prendre des mesures : protection rigide, sous la forme de la phobie pour le premier, et recherche de la réitération du plaisir ressenti ce jour-là par la deuxième.

L'Inconscient ne raisonne ni n'analyse, ce n'est pas sa fonction, vous le savez. S'il réceptionne des informations fausses, il est obligé de prendre pour acquis ce qui lui vient, puisqu'il ne peut discriminer de cela. Il est ainsi obligé de croire sur parole l'interprétation qui lui parvient. Il ne se dit pas : « A six ans, le Conscient est trop jeune, inexpérimenté et sans savoir, pour jauger juste ». Il reçoit un message, le stress, l'effroi, ou le plaisir, l'autosatisfaction, et il prend cela pour argent comptant.

Il faut vraiment bien saisir cela :

L'Inconscient ne sait même pas que ce qui lui parvient n'est pas le jugement total du Conscient, mais le résultat d'un ensemble d'aléas (l'humeur du moment, l'ambiance, qui est là, qui n'y est pas, ce qui s'est passé, avec qui, etc...). Il reçoit un message de la « surface », il y croit et y réagit (on voit bien là, à nouveau, l'intérêt d'une collaboration efficace entre un Conscient lucide et l'Inconscient).

Les trois principes impératifs de l’Inconscient

En fait, tout se passe comme si l'Inconscient avait trois objectifs d'une absolue priorité.

Dans l'ordre :

  • le premier est le « principe de cohérence interne », sur lequel je reviendrai plus loin dans cet ouvrage.
  • le deuxième est de tout mettre en place pour que soient évités le danger et la souffrance.
  • le troisième qui ne vient qu'après, bien après que les précédents aient été satisfaits : c'est de tout mettre en place pour accéder au maximum de plaisir – ou au moindre déplaisir.

Je vois déjà certains « masos » de notre culture se lever :

« Comment, le plaisir ! Alors que nous savons bien que c'est à travers les épreuves et la souffrance que l'homme se forge et progresse (ou atteint le paradis) ! »

Tant mieux pour eux si la souffrance leur sert de levier. Et qu'ils l'entretiennent surtout précieusement puisque c'est là qu'ils trouvent leur auto-valorisation et, partant, leur plaisir. Qu'ils souffrent que l'on puisse ne pas les suivre sur ce terrain et prendre son plaisir ailleurs : dans l'équilibre et la force, dans la joie de vivre et la maîtrise, dans le développement de son potentiel et la croissance de son pouvoir d'action. Pour soi et pour les autres. A chacun selon ses goûts. Je ne sache pas que quelqu'un d'équilibré et de rayonnant aie perdu de ce fait sa place dans un paradis (ou alors : pauvre paradis...). Par contre, je sais absolument que, de se « coltiner » trop avec les épreuves et la souffrance, pour « se forger » et « progresser », empêche considérablement d'aider harmonieusement autrui. Cela crée bien plus de problèmes que cela n'en résout et met en porte-à-faux avec son Inconscient, sa base vive : voilà la porte ouverte aux tensions internes, aux rigidités, aux déséquilibres et aux conflits avec autrui.

Quoiqu'il en soit, si l'on comprend bien ces impératifs que l'Inconscient porte en soi, on comprend beaucoup de soi-même et surtout, on commence à avoir des moyens de résoudre ses propres difficultés.

Donc, l'Inconscient cherche à éliminer le danger et la souffrance, et ensuite seulement à atteindre le maximum de plaisir.

Cela explique pourquoi l'Inconscient maintient la timidité, l'impuissance sexuelle ou la phobie, malgré les inconvénients qui en découlent : la survie d'abord, à tous prix (même au prix des désagréments liés aux mécanismes qui assurent cette survie : solitude, dévalorisation de soi, etc...). Et seulement une fois cela assuré, l'élan vers le plaisir.

Que se passe-t-il alors si l'Inconscient, à tort (parce qu'il n'a pas la fonction d'analyse et de raisonnement), voit un danger là où, en réalité, il n'y en a pas ? Il réagit illico et met en place le système de protection le plus efficace qu'il lui est possible. Par exemple :

  • La phobie de l'eau pour Romuald ;
  • La timidité de Jean Pierre ;
  • L'impuissance sexuelle face au « triangle » d'une femme aimée pour Marc ;
  • Ou la peur de l'eau froide pour Chat Echaudé...

Ce sont là de véritables mécanismes qui verrouillent le comportement de façon automatique, sans aucune possibilité de réaction différente, et cela, tant que l'Inconscient croit qu'il y a là du danger.

Mais, souvenez-vous de Chat Echaudé  : on a pu montrer à son Inconscient que l'eau froide est sans danger, tout simplement en lui mettant (un peu de force, il est vrai), et délibérément, consciemment, la patte dans l'eau froide. Et, ô surprise faisant suite à la terreur de la brûlure, il ne s'en est suivi aucune souffrance. L'Inconscient a ainsi pu donner une autre étiquette, une autre valorisation à l'eau froide : celle-ci ne brûle pas, elle est inoffensive, on peut s'en servir et y entrer sans aucun danger !

Nous voilà au noeud du problème : une fois de plus, c'est dans une alliance entre le Conscient et l'Inconscient que se trouve la solution. Si on peut amener l'Inconscient à accepter une nouvelle interprétation, une nouvelle valorisation, la phobie disparaîtra, l'impuissance sexuelle sera guérie et la timidité s'éliminera. Tout naturellement, pourrait-on dire.

Autrement dit :

Si l’on arrive à raconter à l’Inconscient l’histoire autrement, et si le message est bien reçu, c’est au niveau du « vrai patron », de l’Inconscient, que la difficulté sera résolue.

Le langage de l'Inconscient

La question, maintenant, est : comment faire pour raconter l'histoire autrement à l'Inconscient, de manière à ce que cette nouvelle interprétation soit « reçue 5 sur 5 » ? La réponse est : apprendre au Conscient à parler une sorte de langue étrangère, la « langue » de l'Inconscient. Vous apprendrez cette « langue » dans les pages qui suivent.

Comme tout langage, celui-ci a une « syntaxe », une « grammaire » et un « vocabulaire » qui lui sont propres (ceci est une analogie et n'est pas à comprendre littéralement), et pour se faire comprendre de l'Inconscient, il est nécessaire de les respecter.

Vous comprendriez, vous, si je vous écrivais : « Ciel close et les fenêtre voit bleu je le à travers la jardin du fleurs » ? C'est peu probable, sauf si vous réfléchissiez abondamment. Il vous faudrait manipuler considérablement ces mots pour parvenir à ce que je veux vraiment dire : « Je vois le ciel bleu et les fleurs du jardin à travers la fenêtre close ».

Dans la première phrase, le vocabulaire y est mais ni la grammaire ni la syntaxe : voilà pourquoi vous n'en saisissez pas le sens. L'Inconscient, lui aussi, ne vous comprendra que si vous lui exprimez les choses d'une manière qui lui est claire.

En fait, la langue que comprend l'Inconscient : ce sont des images et des symboles et les émotions et les sensations qui vont avec. En plus, tout à fait utiles : des mots, des phrases du langage parlé et les émotions et les sensations qui vont avec. N'oublions pas que les attitudes corporelles, sous-tendues par les émotions, sont aussi une sorte de langage.

Par exemple :

  • Il vous est arrivé de rentrer chez vous et, bien qu'aucun mot n'ait encore été échangé, vous avez tout de suite compris que quelque chose allait de travers : votre conjoint était tassé dans un fauteuil, avec le regard bas.
  • Ou bien, un autre jour, son attitude physique et son expression ont suffi pour vous informer immédiatement de son désir de tendresse ou d'échange sexuel.

Si vous, vous lisez des informations non formulées sur quelqu'un d'autre, combien plus votre Inconscient cherche-t-il à vous lire, vous ! Il est constamment vigilant, attentif à tout percevoir pour vous protéger, vous aider, vous soutenir ; il ne dort jamais. Tout se passe comme s'il était tout le temps à l'affût de tout ce qui peut le renseigner sur ce qu'il doit faire pour vous.

Pour que vous compreniez bien comment fonctionne cette « langue » avec laquelle vous avez accès à votre Inconscient, reparlons de nos deux jeunes presque noyés.

Comment Romuald s'y est-il pris pour envoyer à son Inconscient le message de la dangerosité de l'eau ? Il a allié images et symboles, émotions, mots et attitudes corporelles. Il a ainsi enchaîné une séquence, dont le sens final a été, pour l'Inconscient : eau pour nager = danger de mort. Il n'a pas fait cela en toute conscience, après un raisonnement et une analyse : c'est son interprétation du moment, son illusion du moment qui a induit cette séquence avec une « syntaxe », un « vocabulaire » et une « grammaire » qui l'a rendue compréhensible par son Inconscient. Margot, elle, a envoyé à son Inconscient le message suivant : eau = fierté et victoire.

Je ne sais pas comment cela s'est exactement passé : cette séquence s'est déroulée, je le répète, non consciemment, quasiment d'elle-même, avec sa logique et sa force propres. Toutefois, en connaissant le mécanisme psychologique, on peut imaginer comment cela a pu s'enchaîner. Pour une meilleure compréhension, je vous propose les tableaux 1 et 2 qui mettent en regard, pour la même expérience, vécue au même moment et dans les mêmes conditions, les différences dans l'interprétation de chaque enfant. Et, partant, la différence dans la compréhension et dans la réaction de leur Inconscient respectif.

Une fois examiné ce tableau comparatif, laquelle de ces deux « illusions » préférez-vous ? Il est évident qu'il ne doit venir à l'esprit de personne de toucher à l'interprétation de Margot : si utile pour elle, pour son fonctionnement, pour son Moi, pour sa réussite, pour son aptitude au développement, au bonheur et au plaisir. Par contre, il est tout à fait bienfaisant de faire changer celle de Romuald, si limitante, si nuisible à son bien-être, son plus-être, son bien-faire...

Vous « nettoyer » de votre passé

Si vous cherchez un peu, vous pouvez, maintenant que vous avez de meilleurs éléments pour comprendre comment s'implante une « illusion » négative, faire un tableau analogue pour Jean Pierre ou pour Marc : pour chacune de ces deux personnes, vous avez un « événement fondateur » et ses suites. Vous pouvez donc imaginer comment s'est élaborée la séquence, le scénario éventuel – images et symboles ; émotions, sentiments et sensations ; mots, phrases et concepts ; attitudes corporelles – qui relie cet événement et ses conséquences comportementales.

Et quand vous aurez fait cela (et je souhaite vivement que vous le fassiez maintenant, pour vous entraîner), vous pourrez commencer à « jeter un œil » sur vous-même. Comme tout humain sur terre, vous avez vécu des séquences-choc, des séquences-stress, humiliation, ou échec, ou violence, ou déception, ou...

L'un ou l'autre moment de votre vie vous a marqué, a laissé des traces dans votre comportement, dans votre façon de réagir et de vivre, dans ce qui vous limite ou vous effraye, dans ce qui vous semble possible ou impossible... Cherchez, seul avec vous-même, ce (ou ces) moment(s), revivez-le (les) par la pensée, par l'imagination, par le souvenir. Si vous ressentez des émotions en faisant cela, cela signifie que cet événement est toujours, de quelque manière, vivant en vous, dans votre Inconscient, ici et maintenant – qu'il n'est pas du passé mais d'aujourd'hui même –, qu'il vous concerne absolument et qu'il est actif et déterminant pour votre présent et aussi pour votre avenir.

Si ces émotions vous sont désagréables, il vous est extrêmement utile de vous « nettoyer » de ce passé-présent. Considérez que cet événement chargé d'émotion est comme une sorte de mine que vous portez en vous, et qu'elle vous éclatera à la figure chaque fois que quelque chose se produira qui en active le détonateur. Dans le cas de Marc : chaque fois qu'il est en présence d'une femme qu'il aime et avec laquelle il pourrait construire une vie affective. Dans le cas de Jean Pierre : chaque fois - et cela se produit souvent - où il est en contact avec un groupe de gens non familiers.

ROMUALD

IMAGES ET SYMBOLES

Voit, dans son "regard intérieur", son corps inerte, flotter visage dans l'eau. Imagine les parents éplorés de chagrin pour sa mort.

EMOTIONS SENTIMENTS SENSATIONS

Peur et souffrance. Sentiment d'impuissance. Peur d'une encore plus grande souffrance si lâche la barre à nouveau. Rémanence de la sensation d'étouffement. Palpitations cardiaques. Mal à la gorge, au nez. Tremblement des mains et du corps. Chaud-froid désagréable.

MOTS
PHRASES
CONCEPTS

"J'ai failli me noyer, c'était affreux. J'ai failli ne pas m'en sortir et mourir, j'avais la respiration coupée. L'eau, c'est très dangereux, pourvu qu'on me laisse vite sortir de là. Je n'aurais jamais dû mentir en affirmant que je savais nager !  Je ne recommencerai pas."

ATTITUDES
CORPORELLES

Corps rétracté, torse tassé, besoin de respirer mais respiration étriquée. Regard bas. Agrippe la barre des deux mains serrées. Tremblements.

SENS DU MESSAGE

Eau pour nager = danger de mort.

SUITES

Phobie de l'eau. Peur de souffrir si "lâche encore la barre", c'est à dire se met en avant ou en position de devoir prouver quelque chose à autrui. Fuite devant la souffrance.

TABLEAU 1


 MARGOT 

IMAGES ET SYMBOLES

Se voit, dans son "regard intérieur", commander les petits camarades, qui la servent comme si elle était une reine. Imagine l'admiration des parents quand elle leur racontera cette aventure. Se voit, nageant avec aisance dans très peu de temps, ce qui la valorise et lui permet de continuer à "en mettre plein la vue" à autrui.

EMOTIONS SENTIMENTS SENSATIONS

Autosatisfaction, orgueil, victoire sur la peur ressentie, gonflement du Moi, plaisir à recevoir l'admiration des autres. Sentiment de supériorité. Une sorte d'exaltation qui donne des sensations physiques agréables.

MOTS, PHRASES, CONCEPTS

"Je leur en ai mis plein la vue !  Maintenant, ils sont drôlement admiratifs et je suis la star. En plus, il n'y en a pas un seul qui a vu que je ne savais pas nager. Ça a été facile de remonter. Finalement, l'eau c'est sympa."

ATTITUDES CORPORELLES

Corps droit, visage triomphant, regard dédaigneux sur les autres (minables) qui-ne-savent-pas-nager, bouche ouverte, gestes amples, se tient d'une seule main à la barre, très à l'aise.

SENS DU MESSAGE

Eau = plaisir. Briller = valorisation = plaisir.

SUITES

Apprend à nager toute seule peu de temps après, devient une "vraie sirène". Agit de manière à continuer à recevoir hommages et admiration d'autrui = agit pour s'offrir la réactualisation du plaisir ressenti. Elan vers le plaisir.

TABLEAU 2

A chaque fois, dans ces séquences fondatrices de vos comportements négatifs, s'est implantée ce que j'ai appelé une illusion : votre interprétation du moment de cet événement. Cette illusion s'est mise en place à la suite d'une séquence qui a indiqué à votre Inconscient, dans le langage compréhensible par lui, quelles valeurs et qualités avait cet événement. Votre Inconscient en a tiré les conséquences qu'il estimait devoir en tirer et a agi en imprimant la parade, pour vous protéger, vous soutenir, vous aider, vous préserver au maximum, voire vous sauver.

Cependant, si vous parvenez à communiquer à votre Inconscient et à votre RAS une autre interprétation de cet évènement, à vous raconter l’histoire autrement, s’implanteront en vous de nouveaux comportements, plus désirables, plus riches et plus positifs.

Les chapitres suivants vous expliquent comment réussir cela en deux étapes :

  • première étape : utilisez le pouvoir des mots
  • deuxième étape : utilisez le pouvoir des images

Maintenant, avant de passer à la suite de votre lecture, arrêtez-vous un instant. Prenez le temps de chercher dans votre passé. Revivez ces séquences et demandez-vous quelle interprétation a été donnée à ces épisodes, comment vous vous y êtes éventuellement pris (images, mots, attitudes corporelles, émotions) pour mettre en scène cette illusion et la transmettre à votre Inconscient comme une vérité absolue. Et surtout, surtout, demandez-vous maintenant quelles autres interprétations il eût été possible de donner de cet ou de ces événements.

Donnez-vous enfin, aujourd'hui, le choix de l'illusion. Cherchez bien, cela vous demande de la souplesse, et une aptitude à voir les mêmes choses sous des angles différents Rappelez-vous toujours que "tout est dans l'oeil de celui qui regarde", que le même paysage est différent selon le point de vue où l'on se place. Et que c'est en se donnant le plus de choix qu'on a le plus d'atouts dans la vie.


Vous avez fait cette investigation et vous avez probablement appris beaucoup de choses sur vous-même. Il vous reste alors à vous demander comment vous allez apprendre...


Mes livres

Je suis auteur d'articles scientifiques et de livres de psychologie :


  • -Bien vivre, Mal vivre/ à vous de choisirInterEditions

  • -Communiquer avec les autres, c'est facile !Éditions de L'Homme

  • -Bien se connaître pour bien piloter sa vieInterEditions

  • -Vous n'aimez pas ce que vous vivez ? Alors, changez-le !Marabout (épuisé)


  • -Éliminez vos peurs et blocages - avec les Métaphores ThérapeutiquesNeo Cortex éd.


  • -Angoisses, anxiété - Comment vous en délivrerNeo Cortex Ed.


Avec Michel Nachez :

  • -Technostress TechnophophieÉditions de L'Homme



Et, avecDonald Akutagawa et Terry Whitman:

  • -Mêlons-nous de nos affaires : nos territoires et ceux des autres dans la vie personnelle et professionnelleInterEditions